Archive for the ‘Le pourquoi du comment’ Category

La frite

mars 24, 2016

Moi j’aime pas la Belgique. J’y suis allée une semaine, organisant et accompagnant un séjour de 50 professeurs et étudiants universitaires américains. À Brugges et à Bruxelles. Brugges m’a paru une ‘fausse blonde’, très belle, très bien coiffée, mais pas réelle du tout. Bruxelles m’a semblé une belle ville, mais j’ai trouvé leur Manniken Pis ridicule (on est passé devant 3 fois sans le voir !).

Les belges en général ont été très désagréables avec moi. Des fois parce que je suis française. Des fois parce que je suis espagnole.

Je me suis jurée que je ne retournerais en Belgique que si cela était strictement nécessaire. Et 16 après, je tiens ma parole.

Cela dit, j’adore Jacques Brel, Tintin et Stromae. Un peu moins Lara Fabian.

Je sais que ce texte est démagogique. Je sais que ce n’est pas ce qu’on attend de lire sur le blog d’une prof. Mais ce que j’ai écrit est exactement ce que je raconte à mes élèves. Et la semaine prochaine, quand mes élèves me poseront des questions, je leur dirai que ce qui est arrivé mardi à Bruxelles n’est pas juste, ne peut pas arriver au XXIème siècle, me fait peur et me rend triste.

Et je leur expliquerai qu’en Belgique on mange des moules-frites, et le sens de l’expression « avoir la frite » (être content, joyeux, en pleine forme).

Et je leur dirai que j’espère que tous les Belges retrouveront bientôt leur frite.

 

Publicités

Ça commence aujourd’hui – Hoxe comeza todo

février 29, 2016

bloglavache_1Une après-midi du printemps 2003, en regardant ce film pour la première fois, j’ai décidé qu’un jour j’écouterais enfin ma mère et je deviendrais prof ( pour elle fonctionnaire ).

Comme le personnage de Xavier dans « L’auberge espagnole » je peux dire que  » tout a commencé là « . En fait, non. Mon histoire avec la profession de professeur a commencé beaucoup plus tard, le 31 juillet 2006, le jour où j’ai reçu les résultats de mon concours.

Et puis j’ai exercé en employant la méthode traditionnelle, puis j’ai découvert l’Expression Libre, puis j’ai fait mes propres expériences, puis un séjour révélateur d’observation du système scolaire français.

Puis en 2011, je remets tout en question. Tout à plat : je deviens Maman.

J’ai créé ce blog il y a longtemps, des années… Et dans ma tête j’écris souvent. Mais les nuits des Mamans sont courtes…

Aujourd’hui, j’ai une excuse. Ce cours d' » Ambientes persoais de aprendizaxe e redes sociais na educación  » tombe bien.

Maintenant je rêve de ça, j’ai peur de cela, et je travaille avec mes élèves avec des documents comme celui-ci :

Et vous ? De quoi rêvez-vous ? De quoi avez-vous peur ?

On se lit très très bientôt … Merci !

Une fois n’est pas coutûme… Veleiquí a tradución do artigo para facilitar a avaliación dos meus compañeiros do curso de Ambientes persoais de aprendizaxe e redes sociais na educación : 

Unha tarde da primavera do 2003, ollando esta película por vez primeira, decidín que un día faría caso da miña nai e me convertería en profesora (para ela funcionaria). 

Coma a personaxe de Xavier en « Unha casa de tolos » podo dicir que « todo comezou eiquí ». Pero en realidade, non. A miña historia coa profesión de profesor comezou moito máis tarde, un 31 de xullo de 2006, o día que recibín os resultados da oposición. 

Exercín primeiro empregando o método tradicional, logo descubrín a Expresión Libre, logo fixen os meus propios experimentos, e logo unha estanza reveladora de observación do sistema escolar francés.

Mais en 2011, poño todo de novo en dúbida. Todo a cero : convírtome en Mamá. 

Creei este blog hai moito, anos… E na miña cabeza escribo de cotío. Mais as noites das Mamás son curtas… 

Hoxe, teño unha excusa. Este curso de  » Ambientes persoais de aprendizaxe e redes sociais na educación  » vénme que nin pintado. 

Agora soño con isto*, teño medo  disto, e traballo cos meus alumnos e alumnas con documentos coma este :  

E ti? Con que soñas? De que tés medo?  

Lémonos axiña… Graciñas! 

* tódolos enlaces están na súa versión orixinal en francés.